Semaine 6 : Plus Brésilienne que nous, tu meurs

Ayéééééééé ! C'est fini !

La semaine est close.

1 !
(!) Réalisateur du film

Un temps pour vivre, un temps pour mourir
(Tong nien wang shi)
de Hou Hsiao-hsien -- 1985 -- Proposé par Démonia

Un de mes HHH préféré, en tout cas une sacrée claque. On suit le parcours autobiographique de HHH, sa jeunesse, son père, sa mère, sa grand mere, ses frères...le tout conditionné par l'histoire de Taiwan. Magnifique ! En question un sublime plan marquant, puis la jeunesse dans une tragique et puissante scène, et enfin Hou Hsiao Hsien en personne.

2

Le grand silence
(Il grande silenzio)
de Sergio Corbucci -- 1969 -- Proposé par Rhonda

Un summum du western spaghetti. Violent, tragique, ce western sous la neige vaut à Jean-Louis Trintignant (ind.2) un rôle inoubliable de justicier à la "gorge tranchée". Face à lui, 2 belles pourritures, Luigi Pistilli en banquier véreux et Klaus Kinski en chasseur de primes sans pitié ! Le tout sur une musique du grand Morricone! En indice 1, les ribaudes enterrent le mari de la douce Vonetta McGee.

3

Harold et Maude
(Harold and Maude)
de Hal Ashby -- 1971 -- Proposé par Paquita

J'ai vu Harold et Maude dans ma prime jeunesse au hasard d'une diffusion TV, et vingt ans après, je garde intact le souvenir de cette découverte. Etonnant mélange de sérieux et de comédie, le film brille autant par l'intelligence de son traitement que par le choix des acteurs ou encore par son audace incroyable. Car dans cette vraie-fausse comédie, certaines séquences seraient impensables aujourd'hui, que ce soit en raison de leur violence visuelle ou plus génralement d'un irrespect des "bonnes moeurs". Un film ancré dans son époque et qui a pourtant franchi les années avec une facilité que beaucoup d'autres devraient lui envier.

4 *
(*) ATTENTION ! QUESTION ANNULEE

La Petite Marchande d'Allumettes
de Jean Renoir -- 1928 -- Proposé par Ursula

La question maudite ... annulée pour cause d'intitulé erroné (ben oui 40 minutes c'est référencé en court métrage dans l'imdb) et déjà proposée au jeu FRCD il y a très longtemps, lors d'une session ou les Brésiliennes se tiraient la bourre sous les noms de Valseuses et Futurs Vainqueurs (mais ces derniers n'en avaient que le nom ;-) ... Bref, il n'empêche que cela reste parmis les plus belles choses vue dernièrement, mais qui semble hélas uniquement disponible dans le fort beau mais honéreux coffret Studio Canal (mais courrez y vite l'acheter, vous y sauverez également le poste de dame pipi occupée par notre chère et tendre Rhonda).

5

Electra Glide in Blue
de James William Guercio -- 1973 -- Proposé par Angela

Quand j'avais refilé en début de session un de ces films sortis dans la foulée d'"Easy Rider", j'avais déjà en vue cet autre représentant illustre du genre. Unique réalisation de Jim Guercio (le manager du groupe Chicago), c'est un film déconcertant autour de la figure d'un petit flic obstiné qui patrouille en moto dans le désert. D'un côté, c'est un anti-"Easy Rider" (les flics s'entraînent au tir sur une photo du film, indice 1), de l'autre Guercio retrouve ce film et lui fait rejoindre la même tradition que John Ford, ce qui me le rend aussi bien plus sympathique. Robert Blake y est épatant. Et surtout, il y a une des plus belles dernières scènes du cinéma américain, un dénouement inoubliable qui vous laisse sur le cul. C'est évidemment en rapport avec la mort mais je ne pouvais pas mettre une image, ce qui aurait gâché le plaisir de la découverte à ceux qui ne l'ont pas encore vu. Donc, j'ai mis la chanson qui accompagne le passage, plus neutre.

6

La colline a des yeux
(The hill have eyes)
de Wes Craven -- 1977 -- Proposé par Rhonda

Les Brésiliennes désireuses d'être toujours à la pointe de l'actualité vous proposaient cette semaine, la 1ere version d'un film dont vous verrez (subirez ?) le remake d'ici quelques semaines tourné par le fils d'Alexandre Arcady ! Si vous ne pouvez attendre la mi-juin, redécouvrez donc l'original dont la jaquette me terrorisait, petit enfant que j'étais, perdu dans les rayons de mon videoclub ! Même si Wes Craven injecte une bonne dose d'humour et notamment dans la description de sa famille cannibale, le film reste effrayant, même 30 ans après ! En question, la 1ere victime de ce drame familial, en indice 1, L'ami Berryman (qui tournait la même année dans un Lelouch !!!) et en 2, cadeau, Dee Wallace 5 ans avant E.T.

7

Le Viager
de Pierre Tchernia -- 1972 -- Proposé par Ursula

Et on continue dans la semaine des doublons ... Serrault est tellement abject dans le Mocky qu'il fallait quand même contrebalancer avec un personnage un peu plus sympathique ... En question les petits mickeys de l'ami Gotlib et oui !!! En indice 1, le repas de noêl de l'increvable Martinet : champagne et huile de foie de morue (aucun rapport avec Rhonda). En indice 2, une procession avec dans l'ordre Odette Laure, Galabru, Darras et notre Rosy Varte préférée ... sacrée brochette !

8

Land of the Dead
de George A. Romero -- 2005 -- Proposé par Démonia

George Fucking Romero pour son quatrième opus sur les zombies dont beaucoup sont sortis déçus (ca gueulait déjà beaucoup à l'époque pour Day of the Dead maintenant considéré comme un classique), moi je suis enthousiaste ! Une bonne bombasse des familles superbement ancrée dans son temps comme l'étaient ses 3 autres films de zombies, qui se bonifie avec le temps et se revoit avec un énorme plaisir. Tout facile avec la question quand on avait vu le film, l'indice 1 et les zombies au clair de l'eau, puis en indice 2 un peu de tripailles quand même, bordel !

9

Police Python 357
de Alain Corneau -- 1976 -- Proposé par Rhonda

Qu'il est loin le temps des bons films d'Alain Corneau. "La menace, le choix des armes, Série noire"... Celui-ci avec un trio de monstres en tête d'affiche (Montand, Signoret, Périer) est personnellement celui que je préfère ! Dès les premières secondes, Georges Delerue vous chope avec quelques notes merveilleusement lugubres et l'atmosphère devient de plus en plus pesante. Une (double) histoire d'amour, un meurtre, un homme que tout accuse et qui se retrouve acculé... En indice 1, Montand détruit ce qui pourrait le faire plonger et ind.2, un portrait robot fort ressemblant !

10

The Player
de Robert Altman -- 1992 -- Proposé par Paquita

Aaaah The Player... Altman au meilleur de sa forme. Tout est excellent dans ce portrait au vitriol du cosme hollywoodien: scénario réglé au millimètre, acteurs choisis judicieusement et surtout des dialogues tellement bons que c'en est indécent (la séquence au commissariat avec le tampon est jubilatoire, et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres)... Mais le plus dingue c'est qu'on sent bien que, dans le fond, on est plus proche du documentaire que de la caricature. Je ne commenterais pas les images. Ceux qui ont vu le film savent à quelles séquences elles se réfèrent, les autres sont encouragés à le voir au plus vite.

11

Le Chat noir
(The Black Cat)
de Edgar G. Ulmer -- 1934 -- Proposé par Angela

C'est en quelque sorte "Le Cabinet du Dr Caligari 2" tourné à Hollywood avec du son. Ulmer, avant d'être mis sur la liste noire des studios (s'afficher avec la femme d'un producteur et l'épouser, c'était mal vu à l'époque) a pu signer ce bijou complètement imbibé d'expresionnisme allemand (ces décors...) et premier face à face entre Bela Lugosi et Boris Karloff, qui ne peut, évidemment, que déboucher sur la mort de l'un et de l'autre. Face à ce règlement de comptes entre natifs de la Vieille Europe (les allusions à la guerre de 14 abondent), le couple de jeunes premiers américains fades passe évidemment à côté de l'histoire. Et survit.

12

Catch-22
de Mike Nichols -- 1970 -- Proposé par Crétina

Bien mieux que le tout pourri "Mash" d'Altman sorti la même année, Catch-22 nous raconte l'histoire de Yossarian qui veut à tout prix se faire réformer de son poste de mitrailleur mais qui n'y arrive pas en raison de la "Catch-22", une loi qui dit qu'on ne peut faire que si c'est fait (on ne peut vous réformer que si vous êtes réformé, sinon on peut pas). Image : Un pilote d'avion au cours d'une manoeuvre rate son coup et découpe la moitié d'un de ses copains sur le ponton. Je passe sur les indices, présent pour voir les acteurs dont Martin Sheen, Art Garfunkel, Orson Welles, etc.

13

L'ange Ivre
(Yoidore tenshi)
de Akira Kurosawa -- 1948 -- Proposé par Paquita

Allez, un nouveau trio Kurosawa-Mifune-Shimura dans cette session, mais pas n'importe lequel... L'Ange Ivre, c'est Mifune dans son premier grand rôle, petite frappe autodestructrice face à un médecin alcoolique incarné par Shimura, comme toujours sublime. Des séquences d'une beauté à couper le souffle, comme le rêve de Mifune (image 1) où il se trouve face à son propre fantome - séquence dont on retrouvera un écho dans Kagemusha - ou comme le final visuellement hallucinant. Si le remake actuellement envisagé par Scorsese (indice 1) voit le jour, le moins que l'on puisse dire, c'est que le challenge sera difficile à relever tant l'original regorge de qualités.

14

A Mort l'Arbitre
de Jean-Pierre Mocky -- 1984 -- Proposé par Ursula

C'est fou le nombre de film français qu'on aura réussi à caser lors de cette session ... on ne m'a pas encore communiqué les statistiques mais elles devraient me parvenir sous peu (en même temps que le bétiser ;-) me précise t on) ... Et puis c'est mon Mocky préféré, outrancier à souhait ... Les plus talentueux d'entre vous (y en aura t il au moment ou je vous écris ?) auront remarqué la petite trompette à l'avant du tableau de bord sur la question. En indice 1, Dominique Zardi pour les moins talentueux. En indice 2, et l'abject Michel Serrault pour les moins que rien !!!

15

Sans Fin
(Bez Konca)
de Krzysztof Kieslowski -- 1985 -- Proposé par Démonia

Dans "Sans Fin" s'entrecroisent trois intrigues : une femme qui vient de perdre son mari, filmée dans son quotidien sous les yeux du défunt devenu fantôme observateur - l'influence du mort sur les vivants - le procés d'un membre d'un syndicat ouvrier ancien client du défunt. Effroyablement noire et pessimiste, la vision du génial Kieslowski a de quoi paralyser n'importe quel cerveau et faire taire toute velléité de résistance. Superbe musique de Preisner, trés marqué dans sa phase Kieslowski (plus que de l'auto citation je vois ca comme un ensemble cohérent ancré dans un même univers). Je pensais que beaucoup reconnaitraient Preisner, bein raté. En indice 1 l'image la plus connue du film souvent affiche. En indice 2 un détail sur l'origine du film pour les perdus. Kieslowski Lives !

16

Le crocodile de la mort
(Death trap/Eaten alive/Horror hotel)
de Tobe Hooper -- 1977 -- Proposé par Rhonda

Un sadique armé d'une faux, court après une jolie petite gamine pour lui faire sa fête! Une scène comme j'en raffole et qui a motivé mon choix de faire figurer cet autre monument du film d'horreur glauque des 70'. Une ambiance bien craspec pour ce film au casting de rêve : Robert Englund, Marylin Burns (3 ans après "Masssacre à la tronçonneuse"), en indice 1 Mel Ferrer et Carolyn Jones (mariée à Aaron Spelling et actrice dans "House of wax" et autres "invasion of body snatchers" avant de jouer Morticia dans "la famille Addams à la télé) et William "Phantom of the Paradise" Finley dévoré en ind.2 par le crocrodile du titre (que j'ai mis en indice à la demande de ma copine Ursula qui aime beaucoup les animaux).

17

L'Homme de l'Ouest
(Man of the West )
de Anthony Mann -- 1958 -- Proposé par Démonia

Pour caractériser ce Western, je balancerai bien un mot fashion : Crepusculaire ! Tres solide Western, lorgnant presque sur le fantastique sur sa conclusion. On assiste à la fin d'une ere, le passage entre deux époques passant par la destruction de l'ancienne, le tout visuellement épuré à l'extreme par Mann. En question une ville fantôme et un mort, puis des acteurs en veux tu en voila.

18

Spider
de David Cronenberg -- 2002 -- Proposé par Paquita

Il n'est pas vraiment utile que je présente Spider. Sans être mon Cronenberg favori, je l'ai choisi parce que j'aime beaucoup son ambiance étouffante et sa mise en scène irréprochable. Rien de bien étonnant de la part de Cronenberg, certes, mais il aurait quand même été triste que ce film figure au rang des oubliés du jeu...

Adresse du jeu pour répondre : brazil36@googlegroups.com